FACS

FACS - Patrimoine Ferroviaire

CFRT-393 - Le tramway de Rouen-Trianon à la forêt du Rouvray, Turgan

EDITORIAL

Par JP Comes

NI LES « FAKE NEWS », NI L’INCOMPÉTENCE, N’ÉPARGNENT LES LIGNES SECONDAIRES, VOIRE LES PRINCIPALES…

Toujours l’Hydrogène (H)…

Quand arrivera-t-on à faire comprendre que la traction à l’hydrogène n’est pas la panacée qui permettra de sauver les petites lignes ? Que ce n’est pas non plus, seul, un « nouveau » matériel roulant qui rendrait possible la continuation ou la reprise du service ? Mais que c’est un ensemble composé de voyageurs, de zones d’habitations, d’activité, d’une infrastructure en bon état, de gares bien placées, d’une exploitation attractive avec surtout une fréquence correcte. Le prix Claude Erignac qui concerne des projets d’intérêt général, vient d’être remis au Sénat à un étudiant de Sciences Po. Son projet consiste à réactiver la ligne Pithiviers – Orléans grâce à un train à hydrogène qui est une alternative à l’électrification. On est face à un abîme d’incompétence, et de désir de modernisme écolo-électoraliste à deux balles de nos élus, qui ont primé ce projet, ainsi que d’un manque de réflexion de ce jeune futur technocrate, car le problème n’est pas celui du mode de traction. De plus, le seul intérêt de l’H est de ne pas polluer là où il est utilisé. Son utilisation privilégiée se trouve donc en zone urbaine et pas dans la Beauce. Par contre sa production n’est pas écologique, et les puissances restent modestes.

C’est ainsi qu’Auxerre ne verra pas sa ligne électrifiée mais hydrogénée...

Les mauvaises idées qui plaisent…

Notre étudiant n’en parle pas, mais si on prolonge son élucubration à pile H, on peut imaginer le voyageur pithivérien descendre de son train « gazeux », pour prendre la correspondance du Space Train,  pour Paris en 15 mn. Ce projet, soutenu par quelques élus, consiste à réactiver l’aérotrain avec une version NG (nouvelle génération). Par contre la réouverture d’Orléans – Châteauneuf est abandonnée.

Ils fument quoi dans le Loiret ?

L’Indre n’est pas non plus à l’abri des substances délirantes. Gil Averous, Président de Châteauroux Métropole envisagerait une gare de l’Hyperloop à Châteauroux. La Métropole vient de décider d’adhérer à l’Association Hyperloop Limoges et réfléchirait également à un axe Orly – Déols (Aéroport de Châteauroux) pour le fret, selon Sébastien Gendron, PDG de TRANSPOD. Gil Averous reconnait « que le principal obstacle est environnemental à cause de la pollution visuelle »  des 2 tubes en acier et des pylônes les supportant. N’y aurait-il pas d’autres obstacles techniques ?  L’illustration utilisée pour présenter le projet montre des tubes transparents (?)… Affligeant !

On n’est pas sorti de l’auberge avec de tels décideurs…

Pour rester dans le style grinçant, il est surprenant que selon les principes, certes louables,  d’énergies renouvelables, et de PMGV (Pseudo Modernisme à Grande Vitesse) de ne pas voir émerger d’autorails à vapeur, fonctionnant aux granulés de bois et pellets. Les mauvais souvenirs des gazogènes ? Avec quelque ordinateur et logiciel, pour faire moderne, ça devrait marcher…

Trains autonomes :

En Lozère, ce 3 février dernier, un X 73500 a déraillé à Belvezet sur la ligne de Mende – La Bastide en montant sur une congère de neige. À bord 9 passagers dont 2 agents de la SNCF. Personne n’a été blessé.  Avec les futurs trains autonomes qui seront le remède (!) pour les petites lignes, au moins les voyageurs dérailleront ils tous seuls…

Aujourd’hui, la règle en est encore à 2 agents par train : l’agent de conduite (ADC) et l’agent du service commercial train (ASCT), sauf pour les circulations avec équipement à agent seul (EAS).  Il y aura bientôt 40 ans une tentative de suppression de l’ASCT (le contrôleur pour le monde non ferroviaire) avait été faite lors de la conception des X 2100. Malgré la disposition des cabines de conduite « prévue pour », dès que l’idée fut exposée, il fut décidé d’y renoncer… Pas possible de passer à un agent ? On va supprimer les deux !

La deuxième tarte à la crème après l’H s’appelle donc Train Autonome (à 0 agent). Et là encore, on entretient l’erreur que le matériel roulant peut sauver à lui tout seul les lignes secondaires (UIC 7 à 9 en langage technocrate). C’est logique : on est de plus en plus à 0 agent dans les guichets et dans les gares. Heureusement, les braves facteurs de la Poste montés sur leurs vélos électriques jaunes surveillent les installations et le marchand de journaux ouvrira la gare. S’il est compréhensible que des métros automatiques circulent sans personne à bord, dans une zone urbaine, où du personnel peut intervenir rapidement en cas de problème, on reste dubitatif dans des zones rurales ou montagneuses. C’est la Poste qui interviendra ? De plus, la mise en place d’un train autonome nécessite des investissements importants, alors qu’on n’arrive déjà pas à financer des changements de traverses… L’autonomie n’est certainement pas la solution pour les lignes à faible trafic !

Les transports, et le chemin de fer qui nous occupe spécialement, nécessitent des décideurs qualifiés. Hyperloop, Hydrogène, Space Train, etc., sont des « produits » marketing dont les journalistes et les réseaux sociaux s’emparent, à juste titre. L’ennui réside dans le fait que les élus, décideurs finaux n’ont pas la science infuse. Ils se trouvent parfois hors de leur domaine de compétence, et se laissent prendre dans les filets médiatiques au nom d’un modernisme qui relève plus de la science-fiction que de la décision réfléchie et argumentée, puisée aux bonnes sources.

La démocratie est le moins mauvais des systèmes, mais elle permet à des personnes ignorant tout d’un sujet, d’accéder à des postes de décisions hors de leur portée !

L’éphémère tramway à voie de 0,60 m, de Rouen-Trianon à la forêt du Rouvray

Par Bernard Rozé

Dans le n° 51 (III-1963) de notre revue (Chemins de Fer Secondaires, à l’époque), repris ensuite en 1966 dans un numéro spécial consacré aux transports urbains dans l’agglomération rouennaise, nos amis Jacques Chapuis et René Hulot avaient fait paraître une excellente étude sur cette petite ligne méconnue.

Nous avons récemment retrouvé dans les archives départementales de la Seine-Maritime, de nouveaux renseignements qui nous permettent de reprendre cette étude en y apportant des compléments, voire quelques modifications.

 

Turgan, histoire et productions Ferroviaires

Il est délicat de conter avec précision l’histoire de ce fabricant touche-à-tout, basé à Levallois-Perret, comme bon nombre d’autres constructeurs automobiles de l’époque. La brève durée de vie de l’entreprise, du crépuscule du XIXe siècle à la première décennie du XXe siècle, n’a malencontreusement pas laissé beaucoup de traces administratives1.

Découverte en Hongrie, le forestier de Debrecen

Le « Zsuzsi Erdei Vasút » (chemin de fer Zsuzsi Erdei) est la plus ancienne ligne à voie étroite de Hongrie. Sa création est motivée dès le 19e siècle pour assurer le transport du bois nécessaire à la construction de la ville de Debrecen qui aujourd’hui, est la 3e agglomération de la Hongrie.

Par Pierre LHERBON

CFRT était présent 

« X 240 du BA à la SABA »

Pierre Fagot et JP Comes

Lyon : Rénovation funiculaire Saint-Jean – Saint-Just
Sortie de la 231 G 558 sur Rouen – Dieppe

Retrouvez notre reportage photos

Une nouvelle plate-forme de formation aux métiers ferroviaires

Les pages modélisme de l’UAICF

L’actualité des CF touristiques

  • Anse
  • Centre Bretagne
  • Chemin de Fer du Vivarais
  • Voies Ferrées du Velay
  • Brévenne

L’actualité des Cf régionaux

  • Vallourec
  • R.D.T.13
  • Grenoble – Veynes
  • Ligne des Causses
  • Ligne des Cévennes
  • Cerbère – Port-Bou
  • Bagnères de Bigorre
  • Angoulème – Limoges
  • Rennes – Châteaubriant
  • Belfort – Delle
  • Colmar - Fribourg
  • Nancoys-Tronville – Gondrécourt-le-Château
  • Epinal – Saint-Dié
  • Tourcoing – Halluin Le Tréport
  • Nancy – Merrey
  • Viaduc des Fades
  • Provence
  • Cerdagne
  • Afrique
  • Autriche
  • USA
  • Suisse
  • Éthiopie

L’actualité de Tramways

  • Bordeaux
  • Lille
  • Montpellier
  • Nice
  • Nantes
  • Paris
  • Strasbourg
  • Saint-Louis
  • Allemagne
  • Belgique
  • Chine
  • Etats-Unis
  • Italie
  • Grande-Bretagne
  • Pologne
  • Tchéquie

Pour commander ce N° (et les autres) Télécharger le bulletin de commande par courrier

Numéro de la revue: 
393